LATONTAINE, Rita

/

Actrice

Naissance : 8 juin 1939 à Trois-Rivières, au Québec.

Décès : 4 avril 2016 à Montréal, au Québec.


Photos


Biographie

Rita Lafontaine est née le 8 juin 1939 à Trois-Rivières. Elle est la fille de Roland Lafontaine et de Yvette Rocheleau. Elle a un frère, qui naît après que son père décède au milieu de l’année 1940. Rita Lafontaine passe toute son enfance à Trois-Rivières.

Interprète fétiche de Michel Tremblay et d’André Brassard, elle fait ses débuts au théâtre en même temps qu’eux à la fin des années 1960 et, pendant quarante ans, leurs carrières demeurent liées.

Cette complicité s’établit au sein du Mouvement Contemporain, compagnie de théâtre amateur fondée par Brassard. En 1966, la comédienne et le metteur en scène montent leur premier Tremblay au Patriote-en-Haut Cinq, première version d’En pièces détachées.

En 1968, tous trois font des débuts professionnels remarqués avec Les Belles-sœurs au Rideau Vert et, la même année, Rita Lafontaine est de la distribution de L’École des bouffons de Ghelderode, mise en scène par Brassard au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

Indissociable de l’œuvre dramatique de Tremblay, elle crée une quinzaine de rôles dans ses pièces. Dirigée par Brassard, elle y rencontre ses plus grandes interprétations, retrouvant même des personnages à différentes époques : Manon dans À toi, pour toujours, ta Marie-Lou (Théâtre de Quat’Sous, 1971) et dans Damnée Manon, sacrée Sandra (Quat’Sous, 1977), Albertine à 40 ans dans Albertine, en cinq temps (Rideau Vert, 1985) et dans La Maison suspendue (Compagnie Jean-Duceppe, 1990), Madeleine 1 dans Le Vrai monde? (Rideau Vert, 1987) ou Nana, dans Encore une fois, si vous permettez (Rideau Vert, 1998) et dans Le Paradis à la fin de vos jours (Rideau Vert, 2008).

Chez Tremblay surtout, elle a peaufiné le registre populaire grâce à un naturel et à une gouaille uniques, adoptant un jeu en perpétuelle tension entre le comique et le tragique.

À la télévision, on la voit entre autres dans Le Retour (1996-2001), qui lui vaut plusieurs récompenses et les dramatiques de Janette Bertrand, notamment Dis-moi-le si je dérange (1993).

Son talent comique a été mis à profit dans plusieurs comédies estivales. Elle est fidèle à Marie-Thérèse Quinton, dont elle défend les pièces au Théâtre de la Chèvrerie de Saint-Fortunat, depuis Lucky Luciano (1987) jusqu’à La Vie en couleurs (1999).

En 2004, elle fonde le Centre des arts Rita-Lafontaine, à Ham-Sud où, lors de la première saison, elle met en scène et interprète La Reine mère d’Anne Boyer et Michel D’Astous.

En 2006, elle touche à nouveau le grand public avec son spectacle solo Oscar et la dame rose, adaptation scénique du récit d’Éric-Emmanuel Schmitt, présentée au Monument-National à Montréal et au Grand Théâtre de Québec pour célébrer le centenaire de l’hôpital Sainte-Justine (Montréal).

En 2005, Rita Lafontaine a reçu le titre d’Officière de l’Ordre du Canada, et en 2011, celui d’Officière de l’Ordre national du Québec.

Rita Lafontaine est admise à l’Hôtel-Dieu le dimanche 3 avril 2016 pour y subir une intervention chirurgicale. Elle décède le lendemain soir à la suite d’une perforation des intestins, à l’âge de 76 ans.