PETRIE, Arthur

Acteur

Nom véritable : Arthur Mastaï Pitre

Naissance : 27 mai 1890 en Ontario.

Décès : 2 avril 1957 à Montréal, au Québec.


Photo


Biographie

Arthur Pétrie, est né en Ontario, 27 mai 1890. Il est l’époux de la comédienne Juliette Petrie (mariage le 14 mai 1921 à Montréal), et est un comédien et meneur de revue burlesque très populaire à son époque à Montréal et au Québec du début des années 1910 jusqu’au milieu des années 1940.

Sa carrière débute dans sa ville natale, en anglais, durant la Première Guerre Mondiale, puis il vient tenter sa chance à Montréal, au départ sur les petites scènes burlesques de la ville. Il s’impose rapidement par la qualité de ses spectacles bien réglés et sa remarquée « ligne de filles ».

Franco-ontarien, parfaitement bilingue et très jeune en contact avec le vaudeville et le burlesque américain, Arthur Petrie fut le premier à adapter et traduire le genre pour la clientèle francophone de Montréal et du Québec au début des années 1910.

Il permet à plusieurs comédiens de faire leurs premiers pas dans l’univers du burlesque dont Oliver Guimond, père (Ti-Zoune) et Manda Parent.

D’ailleurs à la fin des années 1910, il co-dirige une troupe burlesque avec Oliver Guimond, père qui connaît un grand succès. Toutefois, un différend amène Guimond a créé sa propre troupe. La séparation entre les deux partenaires est difficile.

Par la suite, Arthur Petrie dirige avec sa femme Juliette Petrie, et cela à partir de 1922, la troupe de burlesque Les Poupées Françaises qui connaît un très grand succès.

La troupe se compose de huit danseuses, plus Arthur Petrie, Juliette Petrie, Juliette Béliveau, Eugène Martel et Wilbrod. Arthur Petrie est à partir de ce moment une grande vedette au Québec.

Le burlesque domine la scène de Montréal entre 1920 jusqu’à 1950. Au départ présenté en anglais et lourdement influencé par le vaudeville américain, le burlesque doit son remarquable succès en français – presque exclusivement à trois interprètes qui dirigent tous de nombreuses troupes de burlesques francophones à Montréal : Arthur Petrie, Oliver Guimond père, et un peu plus tard, Rose Ouellette.

Arthur Petrie ralentit considérablement ses activités après avoir subi une grave attaque de congestion cérébrale en 1944. La maladie s’aggrave et Arthur Petrie en meurt le 2 avril 1957, à l’âge de 67 ans.