Actrice / Animatrice / Écrivaine

Naissance : 25 mars 1925 à Montréal, au Québec.


Photos


Biographie

Janette Bertrand naît le 25 mars 1925 à Montréal. Elle grandit à Montréal dans un quartier populaire où ses parents sont propriétaires d’une mercerie pour hommes. Cadette d’une famille de quatre enfants, elle est aussi la seule fille. À force de détermination, elle convainc ses parents de la laisser poursuivre ses études. Elle s’inscrit donc en lettres à l’Université de Montréal, où elle suit notamment les cours d’histoire de l’abbé Lionel Groulx.

Elle amorce sa carrière de journaliste en entrant au Petit Journal, dans lequel elle signe la chronique Opinions de femmes, qui relate avec une pointe d’humour l’attitude des hommes dans la société d’alors.

En 1950, on lui confie la responsabilité du courrier du cœur (Le refuge sentimental). La chanson Madame Bertrand interprété par Robert Charlebois et Mouffe (Claudine Monfette) en 1969 est d’ailleurs inspirée par cette rubrique qu’elle a tenue pendant 17 ans.

Alimentée par sa propre expérience et par des centaines de lettres reçues à son courrier du cœur, l’auteure ne manque jamais d’inspiration. Toi et moi, Quelle famille! (qui la met en scène avec son mari, ses enfants et même son chien) et Grand-papa dressent un portrait touchant des familles de l’époque.

Suivront des dramatiques dans lesquelles elle aborde des sujets jusque-là ignorés à la télévision. Brisant les tabous, n’ayant pas peur de se pencher sur des idées que l’on qualifiait à l’époque d’osées, elle aborde des thèmes comme la sexualité dans le couple, le sida, le suicide, le jeu, la violence faite aux femmes, l’inceste, la solitude, le vieillissement. Elle sera ainsi la première journaliste québécoise à parler ouvertement de l’homosexualité à la télévision.

Dressant un portrait réaliste de la société québécoise et de son évolution, de même que de la condition féminine et de l’émancipation des femmes, la série de 52 dramatiques Avec un grand A (1986-1996) et l’émission Parler pour parler seront pendant plusieurs années les points de mire de la télévision québécoise, en plus d’être d’importants tremplins professionnels pour les comédiens du Québec.

Ces deux projets télévisuels lui vaudront d’ailleurs de nombreux prix Gémeaux dans les catégories suivantes : meilleur texte pour une série dramatique et meilleure animation.

Au théâtre, Janette Bertrand laisse sa marque avec deux pièces d’importance, Moi Tarzan, toi Jane et Dis-moi le si j’dérange. Ces pièces ont eu un impact certain, non seulement en raison des sujets traités, le sexisme et la solitude des gens âgés, mais aussi à cause de l’intensité des émotions et du jeu des comédiens.

Au fil des ans, Janette Bertrand publie différents ouvrages allant du livre de recettes (Les Recettes de Janette, publié à l’origine en 1968 et réimprimé en 2005) au roman (Avec un grand A, 1990), en passant par l’autobiographie (Ma vie en trois actes, 2004).

En 2007 paraît son roman Le Bien des miens, suivi de Le Cocon (2009). Par la suite, elle a fait paraître chez Libre Expression trois romans intitulés Lit double (2012, 2013 et 2014), dans lesquels elle met en scène des couples de différentes générations.

Durant la pandémie, elle s’indigne du sort réservé aux aînés. Elle s’attaque à un autre fléau de la société : l’âgisme. C’est ainsi qu’en plus de poursuivre sa lutte féministe, Janette Bertrand lutte désormais aussi contre l’âgisme. 

Pendant l’été 2020, elle consacre beaucoup de temps, d’énergie et d’amour à un projet qui lui tient à cœur, Écrire sa vie. Tout en leur prodiguant des conseils, elle invite les aînés à écrire leur autobiographie.

Puis en 2021, elle fait paraître deux romans au thème brûlant d’actualité. En octobre, Janette Bertrand publie Un viol ordinaire, suivi de Un homme, tout simplement.