Chanteuse / Actrice

Nom véritable : Ginette Raynault

Naissance : 28 avril 1946 à Montréal, au Québec.


Photos


Biographie

Ginette Reno – née sous le nom de Raynault – voit le jour le 28 avril 1946, à l’hôpital Notre-Dame de Montréal. Elle est la fille de Yvon Raynault, boucher de profession et de Lauretta St-Amand, couturière à domicile. Ginette a deux soeurs et deux frères : Thérèse, André, Daniel et Huguet. Elle est la troisième de la famille entre ses deux frères.

Elle abandonne l’école en 9e année, et débute très tôt sa carrière dans les cabarets montréalais au début des années 1960, entre autres au Café de l’Est, au Casa Loma et au Café Provincial. C’est d’ailleurs au Café de l’Est où se déroule le concours Les Découvertes de Jean Simon que ce dernier s’offre à la guider dans le monde du cabaret et du music-hall. Après quelques mois de rodage et de formation musicale, elle enregistre ses premières chansons.

À 18 ans, elle reçoit le titre de découverte féminine de l’année au Gala des artistes du Québec. Par la suite, elle se produit en Angleterre, aux États-Unis et en France. Elle se produit sur les plus grandes scènes du Québec, dont la Place des Arts. Elle enregistre rapidement plusieurs disques dans les années 1960 dont un au cabaret Casa Loma en 1966.

Elle marque l’imaginaire collectif une première fois, en interprétant la chanson de Jean-Pierre Ferland Un peu plus haut un peu plus loin devant 250 000 personnes réunies sur le Mont Royal pour célébrer la Fête nationale du Québec en 1975. Près de 33 ans plus tard, elle récidive en interprétant cette même chanson en duo avec Céline Dion sur les Plaines d’Abraham devant une foule tout aussi nombreuse, le soir du vendredi 22 août 2008.

Sa production de disques est phénoménale, presque un album par année entre 1962 et l’an 2000, parfois plus. Chacun de ceux-ci est bien accueilli, certains obtenant un grand succès populaire.

On retient parmi les plus grandes chansons de Ginette Reno les titres suivants : Roger et J’aime Guy en 1963, La dernière valse en 1969, Aimez-le si fort en 1971, Dans la vie, tout s’arrange en 1973, Des croissants de soleil en 1974, La vie et À ma manière en 1977, Toi le poète, J’ai besoin d’un ami, Ça va mieux, Tu es là et Je ne suis qu’une chanson en 1979, Quand on se donne et Rouge en 1981, J’ai besoin de parler en 1983, Paris Québec et De plus en plus fragile en 1985, Ma fille en 1986, Ceux qui s’en vont et La deuxième voix en 1988, L’essentiel, Remixer ma vie et Y’a des enfants en 1991, et Galaxies, L’hymne à l’amour de l’an deux mille et Laissez-moi revenir sur terre en 1996.

De plus, en duo avec Jean-Pierre Ferland, elle obtient un très gros succès avec la chanson T’es mon amour, t’es ma maîtresse en 1975, deux ans après avoir connu un autre succès en duo cette fois-ci avec l’animateur Jacques Boulanger, Le sable et la mer.

Durant son séjour à Los Angeles entre 1974 et 1976, elle fréquente le mythique Actor’s Studio de Lee Strasberg. De l’Actor’s Studio sont sortis des acteurs comme Al Pacino, Sydney Poitiers. Même Marilyn Monroe a fait ses armes d’actrice dans cet atelier théâtral. Ginette Reno raconte que Lee Strasberg l’avait pour tourner un film. Elle avait refusé la proposition, car elle se trouvait trop grosse pour jouer au cinéma. Lee Strasberg était furieux contre elle et l’a même traitée d’imbécile.

Le cinéaste Jean-Claude Lauzon essuie le même refus plusieurs années plus tard. Ce dernier veut alors qu’elle accepte de jouer le rôle de Délima, la mère du garçon rêveur Léo Lauzon, dans le film Léolo. Or, il n’y a initialement aucune chimie entre eux. Jean-Claude Lauzon s’y prend par 16 fois avant qu’elle n’accepte.

Le début des années 1990 marque donc enfin son entrée dans le monde du cinéma avec le film Léolo de Jean-Claude Lauzon. Elle tient aussi le rôle de Laura Cadieux dans le film C’t’à ton tour, Laura Cadieux et aussi dans Laura Cadieux… la suite, deux films réalisés par Denise Filiatrault, adaptés d’une pièce écrite par Michel Tremblay.

Elle est Officier de l’Ordre du Canada depuis 1981. Elle a reçu trois fois le prix de la meilleure chanteuse canadienne de l’année aux Junos (1969, 1971 et 1972). En 1980, elle reçoit trois prix Félix dans les catégories interprète de l’année, album populaire de l’année et album le plus vendu de l’année (soulignant la vente de 350 000 copies de Je ne suis qu’une chanson). Elle est Chevalier de l’Ordre national du Québec depuis 2004.

Après quelques années d’une présence plus discrète, Ginette Reno lance un nouvel album, Fais-moi la tendresse, le 24 mars 2009 avec son fils Pascalin à la réalisation. Elle s’entoure de paroliers français dont Michel Jourdan, Didier Barbelivien, Gérard Layani ainsi que de la parolière québécoise Martine Pratte qui lui signe une chanson relatant sa vie : J’ai soixante-deux ans.

Le 29 mars 2009, Ginette se voit décerner un disque d’or pour son dernier opus, cinq jours après sa mise sur le marché et, plus tard, un disque platine pour ce même album. La chanteuse part ensuite en tournée, demeurant 43 soirs à l’affiche de la Salle Pierre-Mercure, à Montréal.

Au printemps 2011, elle revient avec un nouvel album intitulé La musique en moi, écrit et composé notamment par Didier Barbelivien et Diane Juster. En 2013, elle repart en tournée intitulée Chanter pour toi ce soir où elle interprète la plupart de ses nombreux succès.

Le 29 janvier 2014, Ginette Reno est victime d’une crise cardiaque alors qu’elle séjourne en Floride. Elle est rapidement hospitalisée et se rétablira peu de temps après.

Durant ce même hiver et après l’approbation de son médecin, elle interprète l’hymne du Canada à chaque partie de hockey des Canadiens de Montréal lors des séries éliminatoires 2014 ayant lieu au Centre Bell. L’équipe gagnant à chacune de ses trois prestations, Ginette Reno est spontanément élue porte-bonheur de l’équipe.

La chanteuse effectue un retour sur disque à l’automne 2018 en publiant l’album À jamais.

En 2020, Ginette Reno revient au cinéma après 14 ans d’absence dans la Trilogie Imelda de Martin Villeneuve, aux côtés de Robert Lepage, dans laquelle elle personnifie Simone, la grand-mère maternelle des frères Martin et Denis Villeneuve.

En mai de la même année, elle sort la chanson Ça va bien aller, qu’elle écrit dans le contexte de la pandémie de Covid-19. En 60 ans de carrière, Ginette Reno ne cesse de nous enchanter par ses multiples talents.