DUFRESNE, Diane

/

Chanteuse / Peintre

Naissance : 30 septembre 1944 à Montréal, au Québec.


Photos


Biographie

Diane Dufresne est née le 30 septembre 1944 à Montréal. Elle doit abandonner l’école à 15 ans, à la suite du décès de sa mère. En 1962, elle part à Paris, étudier le chant chez Jean Lumière et l’art dramatique chez Françoise Rosay. 

En 1965, elle est engagée dans des cabarets de la « Rive gauche » à Paris, où elle chante Gilles VigneaultJean-Pierre FerlandClaude Léveillée, et chante également dans des revues. Pour la radio, elle fait aussi quelques chansons publicitaires.

À la fin des années 1960, Diane Dufresne revient au Québec. Elle participe au spectacle Les Girls en compagnie de Clémence DesRochers et collabore avec les compositeurs Luc Plamondon et François Cousineau.

Sa carrière démarre vraiment avec la sortie de son premier album Tiens-toé ben, j’arrive! à l’automne 1972. L’année suivante, à la Place des Arts de Montréal, c’est la consécration et les autres pays francophones ne tardent pas à être séduits par Diane Dufresne.

Puis c’est le triomphe à l’Élysée-Montmartre en 1977 et à l’Olympia, l’année suivante. À Québec, elle donne des spectacles thématiques (comme La Nuit à FelliniLa Nuit en rose…), où les gens viennent costumés en fonction du thème.

En 1978-1979, elle participe à la comédie musicale Starmania.

Dès les années 1970, parallèlement à sa carrière de chanteuse, elle se consacre à la peinture et fréquente l’atelier du frère Jérôme, une rencontre qui se révèle déterminante dans son parcours d’artiste et qui lui permet d’explorer d’autres facettes de la création.

Le 16 août 1984, elle devient la première artiste québécoise à donner un concert au Stade Olympique de Montréal, devant 55 000 personnes. Aucun autre artiste québécois n’a réussi cet exploit par la suite.

Après ce concert historique, Diane Dufresne commence à ménager ses forces et elle ne fait des spectacles que tous les deux à trois ans. Pour elle, les méga-concerts sont terminés et, dans les années 1990, elle se tourne vers d’autres valeurs, avec des chansons plus calmes et décidément moins rock.

En 2002, elle reçoit l’insigne de Chevalier de l’Ordre national du Québec.

Au cours des années suivantes, elle se fait plus discrète auprès des médias, mais est toujours présente sur scène.

En 2005, elle offre le spectacle ainsi que l’album Diane Dufresne / Kurt Weill / Yannick Nézet-Séguin consacré au compositeur allemand Kurt Weill, avec l’Orchestre Métropolitain du Grand Montréal, dirigé par Yannick Nézet-Séguin.

En octobre 2006, lors de la 28e édition du Gala de l’ADISQ, elle est honorée d’un Félix Hommage pour l’ensemble de son œuvre.

A l’été 2008, elle monte un spectacle aux FrancoFolies de Montréal, intitulé Terre planète bleue. Diane Dufresne y assure la mise en scène du spectacle aux côtés de Guy Caron, et offre un hymne à la planète, mêlant plusieurs disciplines artistiques. Elle participe également, du 3 au 5 juillet, au spectacle Rencontres devant l’Assemblée nationale de Québec à l’Occasion du 400e anniversaire de la ville de Québec.

Elle est reçue Chevalier de la Légion d’honneur de la République française en juillet 2008.

Elle est faite Compagne de l’Ordre des arts et des lettres du Québec en 2017.

En 2018, elle lance un autre album qui s’intitule Meilleur après. Après près de 50 ans de carrière, Diane Dufresne donne toujours quelques concerts chaque année et expose régulièrement ses toiles.