Acteur / Animateur / Humoriste

Naissance : 20 novembre 1960 à Montréal, au Québec.


Photos


Biographie

Marc Labrèche est né le 20 novembre 1960 à Montréal. Il est le fils de l’acteur Gaétan Labrèche et de la journaliste Michèle Larouche. Il a deux enfants. Un fils, Orian, et une fille, Léane, nés de son union d’avec Fabienne Dor, fille du chanteur Georges Dor.

Très tôt dans sa jeunesse, Marc Labrèche est initié aux arts de la scène par son père. Il commence un baccalauréat en philosophie à l’Université de Montréal, mais est soudainement propulsé sous les feux de la rampe à la fin des années 1970.

En 1979, à 17 ans, il donne la réplique à Yvette Brind’Amour dans la pièce Harold et Maude au Rideau Vert.

Il joue ensuite dans plusieurs téléromans populaires, dont Boogie-woogie 47 (1980-82) et Chop Suey (1987-94). Il participe aussi à la comédie musicale Pied de Poule de Marc Drouin en 1982.

Il est sollicité au théâtre, avec des rôles, entre autres, dans Les Fourberies de Scapin (Théâtre du Nouveau Monde, 1986) et Les Fausses Confidences (Théâtre du Rideau Vert, 1988).

Il débute à Télé-Québec en tant que chroniqueur et fait des apparitions déjantées à l’émission Beau et chaud (1988-94) animée par Normand Brathwaite.

Il démarre également une carrière de doubleur avec plusieurs succès à son actif, La Petite sirène (1989), Garfield et ses amis (1988-1993), Ace Ventura (1994), Toy Story (1995) ou bien encore Les Simpson (1993-2007).

Il interprète le rôle du Prof-Bof au Club des 100 watts (1988-95).

Il joue aux côtés de son père en 1990, quelques mois avant la mort de celui-ci, dans L’amour avec un grand A de Janette Bertrand.

Il joue ensuite un gérant de caisse radin dans la télésérie burlesque de Claude Meunier, La Petite Vie (1993-98). Il y interprète Rénald Paré et marque assurément l’imaginaire collectif. L’immense succès de l’émission est certainement en partie attribuable à sa présence dans celle-ci.

Un de ses rôles le plus marquant est sans doute l’homme tourmenté qu’il incarne dans la pièce Les Aiguilles et l’Opium de Robert Lepage. Pendant deux ans (1994-1995), il est appelé à voyager aux États-Unis, en Europe et au Japon pour cette œuvre qui connaît un succès retentissant.

En 1997, le réseau TQS l’approche pour animer une émission quotidienne décrivant l’actualité de façon satirique et humoristique. Il accepte, et c’est le début de l’aventure de La fin du monde est à sept heures. Entouré de ses collaborateurs, Patrick Masbourian, Jean-René Dufort, Isabelle Maréchal, Bruno Blanchet et Paul Houde, Marc Labrèche anime ce bulletin de nouvelles débridé. L’émission connaît un franc succès et dure trois ans.

En 2000, c’est au tour du réseau TVA de l’approcher pour animer un talk-show de fin de soirée, Le Grand Blond avec un show sournois. Le contenu est beaucoup moins controversé que celui de La fin du monde, mais il trouve tout de même le moyen de s’adonner à des parodies particulièrement savoureuses au début de l’émission. Il met fin au projet en 2003 pour des raisons personnelles.

Il participe au film Monica la mitraille au printemps 2004, et renoue avec les planches en jouant dans différents théâtres montréalais la pièce Variations sur un temps pendant l’été.

Sa femme Fabienne Dor décède le 1er juin 2005 à l’âge de 47 ans, des suites d’une longue bataille contre un cancer du sein.

On le voit dans le film Les États-Unis d’Albert (2005) d’André Forcier, de même que dans les téléséries L’Héritière de Grande Ourse (2004-05) et Les Bougon, c’est aussi ça la vie! (2004-06), diffusées sur les ondes de Radio-Canada.

Il campe également trois des personnages principaux de la série humoristique Le cœur a ses raisons (2005-2007), une parodie des téléromans américains, aux côtés d’Anne Dorval notamment.

Puis il anime le Fric Show à Radio-Canada, une émission sur la consommation.

Il tient le rôle principal d’un long métrage de Denys Arcand, L’Âge des ténèbres, sorti en 2007.

Marc Labrèche reprend l’antenne de Radio-Canada en janvier 2008 avec l’émission humoristique 3600 secondes d’extase, pour laquelle il est entouré de quelques-uns de ses collaborateurs réguliers, soit Paul Houde, André Sauvé, Pierre Brassard, Bruno Blanchet et Patrice Coquereau.

Il reprend en novembre 2009, son rôle de Rénald Paré le temps d’une émission spéciale de Noël de La Petite Vie intitulée Noël Story et qui est diffusée à la télévision d’État le 20 décembre 2009.

Marc Labrèche retrouve Anne Dorval le 14 septembre 2012 à Télé-Québec dans une série intitulée Les Bobos. Marc Brunet est toujours aux commandes et dépeint les aventures de personnages issus de la « gauche caviar », habitants du Plateau et autres gens branchés.

Après une dizaine d’années loin des planches, il reprend son rôle dans la pièce Les Aiguilles et l’Opium de Robert Lepage, au TNM à l’été 2014 puis lors de représentations supplémentaires en 2015.

En 2016, il doit être remplacé car il est de nouveau à la barre d’une émission télévisée. Jusqu’en 2018, il anime donc Info, sexe et mensonge, une émission hebdomadaire où il retrouve plusieurs collaborateurs comme Paul Houde par exemple.

Depuis l’automne 2018, il anime à l’antenne de Télé-Québec une émission appelée Cette année-là, où il revisite certaines années marquantes de la culture québécoise avec l’aide de trois collaborateurs (Simon Boulerice, Fred Savard, Émilie Perreault) et d’un invité, qui a marqué cette époque.

En décembre 2021, la gouverneure générale du pays, Mary Simon le nomme Membre de l’Ordre du Canada, pour son sens de l’humour unique, son talent en tant qu’acteur ainsi que pour son apport exceptionnel au domaine des arts du Québec.