Acteur

Naissance : 28 janvier 1951 à Massueville, en Montérégie, au Québec.

Décès : 17 février 1995 à Montréal, au Québec.


Photos


Biographie

Richard Niquette naît le 28 janvier 1951 à Massueville, petite municipalité de quelques centaines d’habitants, en Montérégie. Adolescent, il se trouve une passion pour le théâtre alors qu’il étudie au Cégep de Saint-Hyacinthe. Il complète par la suite une formation d’acteur au Conservatoire de Montréal et se produit pour la première fois sur scène en 1976.

Jusqu’en 1979, il continue sur sa lancée, se produisant notamment dans Harold et Maude au Théâtre du Rideau Vert tout en acceptant de petits rôles de soutien pour le cinéma.

Pour ce qui est de son premiers rôle à la télévision, il interprète Henri Lepage dans le téléroman Féminin pluriel (1979-80). Un rôle qui lui apporte alors la sympathie du public et plusieurs autres contrats. Il accepte ensuite un contrat de co-animation à la populaire émission de variétés de l’époque, Les Tannants, où il côtoie Pierre Marcotte et Shirley Théroux.

Il se fait par la suite plus discret à la télévision et se consacre plutôt au théâtre. Il accepte toutefois de jouer occasionnellement au cinéma, apparaissant entre autres dans Hold-Up (1985) aux côtés de Jean-Paul Belmondo.

À la même époque, il joue principalement dans des productions de théâtres d’été. On le voit dans Old Orchard, connais pas! (1982) et Carré de dames (1983). Il met lui-même en scène d’autres pièces, dont Spécialité : fondue chinoise, La Noce d’Isabeau et 1234. Il joue aussi en France, au Festival d’Avignon en 1989, dans La Terre est une pizza, puis dans La Pucelle et le Gorille ainsi que dans Le Café et les pneus bleus.

Il revient, en même temps, au petit écran où il décroche les rôles pour lesquels on se souvient encore de lui. Il interpète le journaliste sportif André Simon dans la série Lance et compte, puis Denis Riendeau dans le téléroman écrit par Réal GiguèreL’Or du temps de 1988 à 1990. Le reste de sa carrière est surtout consacré à des rôles plus discrets où les cinéphiles peuvent se rappeler de ses apparitions dans La Postière (1992), L’assassin jouait du trombone ou interprétant le policier dans Matusalem (1993).

Grand amateur de soirées meurtres et mystères, il en organise avec succès aux quatre coins du Québec. Des soirées, qui ont lieu d’ordinaire dans des restaurants, mettant en scène un faux meurtre parmi les convives qui doivent ensuite le découvrir.

La fin de Richard Niquette est une histoire particulièrement tragique. En effet, Il est assassiné par un prostitué auquel il avait fait appel, le 17 février 1995. Atteint d’un seul coup de couteau au coeur, le comédien de 44 ans se traîne à l’extérieur de l’appartement situé au sous-sol de l’immeuble de huit logements, avant de s’affaisser sur la chaussée enneigée. Le corps dénudé de la victime, un couteau encore planté dans le thorax, est découvert par des passants sur la rue Cuvillier, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve de Montréal.